Présentation de "Le Népal en solitaire".

 

Renjo La. Yan SERRE.

Ce blog est le nomadisme narratif d'un voyageur en quête d'éveil. 

Il était une fois un temps où je me suis senti absolument perdu, comme au bout du rouleau. Un temps où j'avais fait des choix en conscience mais aussi emplis d'inconscience... Un temps qui me déposait au fond d'une impasse d'où je ne pouvais sortir que les pieds devants ou par le dépassement complet de moi-même! Humainement, professionnellement mais surtout sentimentalement, j'étais arrivé au bout d'une logique destructive qu'il fallait nécessairement transmuter sous peine de sombrer corps et âme.... C'est exactement ce que j'expérimentais en ces sombres moments avant de décider de partir un mois en solitaire sans guide, sans porteur et sans moyen de communication dans le Haut Himalaya. Il fallait ici et maintenant sabrer la corde au bout de laquelle j'allais peut-être finir par me pendre...  

Parce que pour découvrir qui l'on est vraiment, il faut savoir toucher ses propres limites intérieures et extérieures.... 

L'histoire retenait que cela se fasse en hiver, telle une épreuve supplémentaire à transcender! Alors, quel lieu plus adapté que celui des traditions millénaires du karma et de la réincarnation afin de transmuter mes propres choix passés et d'y faire face?! Sonnait donc, après de nombreuses années de recherches sur le sens de la vie et le pourquoi de ma présence ici bas, le temps d'une introspection sans concession aucune. Seul et en très haute montagne, je la tenais ma contrée propice au recueillement radical et libre de toute forme de distraction! Ces lieux absolument reculés que sont le Haut Himalaya en hiver allaient savoir, sans faille, remettre en question mes profonds errements passés. 

"Mon existence pouvait-elle ainsi se résumer à mon travail, mes possessions ou autres désirs de pouvoir? Mais surtout à mon terrible échec et ma désespérance sentimentale?"

Le Népal en solitaire. Sac à dos.
C'est ainsi que je m'interrogeais avant mon départ. Il me fallait dès lors préparer mon sac à dos afin de m'arracher d'un quotidien devenu totalement anxiogène.... Partir à la découverte de soi... Du Soi.

Au détour de ma propre aventure initiatique, je souhaite que vous puissiez découvrir votre possible chemin vers de nouvelles portes à ouvrir quotidiennement. En fait, grâce à ce périple en solitaire, j'étais sur le point de découvrir combien chacun d'entre nous peut grandir, avancer et évoluer. Combien cet apprentissage a su réveiller mes forces intérieures, les seules capables de me trans-porter au delà de l'impasse où la vie m'avait rugueusement déposé. Ce sont elles aussi qui pouvaient libérer les possibles semences à ma sérénité et à ma plénitude, tant intérieures qu’extérieures... 

Découvrir le silence absolu, me connecter aux forces démesurées de la Nature, expérimenter la solitude et me regarder face à face sans échappatoire faisaient éminemment partie du programme... 

A mon retour, un mode de vie si différent s'imposait à moi! 

J'allais enfin trouver la force de concentrer toute mon énergie à la réalisation de mes rêves. En premier lieu, d'apprendre à me pardonner mes égarements passés, à m'aimer moi-même -seul sentier à l'amour des Autres- à ouvrir la lumineuse voie à un possible couple conscient et tellement d'autres choses encore... 

Je décidais surtout de me lancer pleinement dans ma passion la plus chère: l'écriture. 

Dans ma démarche de rédaction et de publication à venir, il me tenait à cœur de rester aussi libre qu'indépendant des grandes multinationales du livre. Ainsi, j'entreprenais de tout faire de la rédaction en passant par la conception jusqu'au choix d'imprimer localement. Rien ne compterait plus, désormais, que de partager mon chemin ascendant en tentant d'éclairer possiblement celui des Autres... Partir à la rencontre directe de mes futurs lecteurs au travers de conférences ou autres séances de dédicaces s'imposait telle une évidence:

Celle de remettre l'Humain au cœur de toutes nos démarches quotidiennes! 

Je me lançais dès lors dans la création des Éditions Terrévada et ce jusqu'à l'ultime limite de mes capacités financières. Afin de tenter de réaliser mon rêve, j'avais déjà quitté mon emploi puis mon logement en espérant des jours meilleurs. Une vie nomadique en camping-car s'imposait telle la plus adaptée à mon existence de plus en plus tournée vers la simplicité et à l'essentielle sobriété. Encore et toujours me tient tant à cœur de rester libre des multinationales bien trop souvent sans respect pour les êtres lumineux que nous sommes TOUS.

Depuis, et sur les chemins de traverses, je ressens que le temps est venu pour chacun d'entre nous de laisser refleurir ses rêves et ses envies de bonheur simple. 

Au travers de ce blog, il me tiendra à cœur de vous faire partager photos, découvertes et ressentis intérieurs mais aussi de répondre à vos questions pour celles et ceux qui rêvent de s'y rendre ou d'y retourner.... 


J'ai aussi la joie de pouvoir vous proposer une initiation à la Méditation de la marche. 

C'est fort de mes expériences Himalayennes en solitaire et de 20 années de pratique de la méditation que je vous propose cette initiation (ou stage complet) à la méditation de la marche en don libre et conscient dans la démarche d'un monde fait de partages de nos richesses humaines et spirituelles .

Installé en centre Bretagne, les marches méditatives se font le dimanche après-midi dans les forêts environnantes, peuplées des esprits de la Nature.

Nous nous rejoignons à 15h au lieu de départ qui vous sera communiqué pour une sortie d'environ 2h.

Contactez-moi via le formulaire ci-dessous si cela vous intéresse!  

Le lien: Méditation de la marche 

Portez-vous bien et que l'ensemble des êtres vivants puissent trouver la paix et l’Éveil en tous temps et en tous lieux. 

Yan.

Le récit complet ci dessous:

L'ego cache toujours une montagne de pureté.

Le Népal en solitaire. Chukung Ri.

 

Préparation sac à dos. Le Népal en solitaire.

 

Aujourd'hui, je vous partage quelques conseils à la préparation de votre sac à dos pour un trek (en solitaire pour ma part) dans l'Himalaya népalais.

Afin de poser le décor, mon premier périple se déroula en fin d'hiver 2012 vers le camp de base de l'Everest. 

Seul, sans guide, sans porteur et sans moyen de communication....

1: Choisir sa période.

Deux saisons se dessinent  naturellement aux treks en Himalaya népalais: printemps et automne. 

L'été est déconseillé car c'est la période de la mousson. Remontant d'Inde, elle apporte de très nombreuses pluies pouvant tourner au diluvien en provoquant des glissements de terrains et des coulées de boues. La visibilité sera de plus réduite rendant encore plus dangereux les sentiers montants vers les sommets.

L'hiver est peu conseillé aussi à cause du froid intense qui peut régner en haute altitude, c'est à dire au dessus des 3500M. La montagne, au yeux des locaux, ne commence qu'au dessus de ces niveaux donnant une idée de la démesure des lieux que vous y découvrirez! De plus, la plupart des lodges sont fermés et seuls les personnes âgées à la mobilité réduite, et les quelques plus jeunes s'occupant des plus anciens, restent au dessus de ces altitudes durant la saison froide. Tous les autres redescendent entre 2000 et 3000M d'altitude, en famille, se reposant d'une année complète de labeur en tant que guide, porteur, employé de lodge, muletier, berger.... Vous avez aussi de très forts risques de trouver portes closes de tous les monastères.

J'avais, pour ma part, volontairement choisi l'hiver afin de me couper totalement du reste du monde et d’expérimenter la solitude, le silence et la reconnexion aux puissances de la Nature (souvent hostiles!)

Le Népal en solitaire. Camp de base de l'Everestt.
 

Si cela vous tente autant que moi, évitez néanmoins la fin de l'hiver à cause de l'accumulation de froid produite durant toute la dite période. Les périples suivants se sont donc faits en décembre où les températures demeuraient moins rigoureuses et où quelques lodges supplémentaires étaient encore ouverts.

Lors du premier trek de 2012, la situation était simple: Bien identifier mon lieu de repos nocturne au départ du matin tout en me donnant une marge horaire de sécurité afin d'arriver avant la nuit tombée. Tout là haut, les sentiers sont parfois très étroits et au bord de précipices.... Donc dans le noir assez dangereux si vous ne les connaissez pas!

Tous les ans, des trekkeurs y laissent leur vie en pensant que cela est aisé et sans risque.

C'est souvent vrai mais parfois pas du tout et c'est là que peuvent survenir les drames... 

Pensez-y avant de vous retrouver dans une situation périlleuse!

Quelle que soit la saison que vous retiendrez, ne perdez JAMAIS de vue que vous serez en haute montagne et que la météo peut changer très rapidement et vous mettre dans des situations de grand danger!

2: Le sac à dos et l'équipement.

Prévoyez un sac à dos d'au moins 70 litres de volume.

Voici de quoi il est conseillé de composer son sac, en sachant, une fois encore, que c'était en hiver et en solitaire pour ma part. J'avais alors commis des erreurs par méconnaissances et qui m'ont été plutôt préjudiciables. Donc:

-Bonnet, cagoule, sous gants, gants, moufles, écharpe en polaire, chaussettes de trek et en laine épaisse, sous vêtements de type "Damart" en manches courtes et longues, sous pantalon et pantalon de trek.

-Pull moyen et polaire... 

Privilégier toujours plusieurs épaisseurs pour faire des "couches" plutôt qu'un vêtement de chaque en très épais!

Inutile de prendre beaucoup d'affaires de rechange en comptant les jours et en réfléchissant en mode de vie à l'occidentale car on ne peut pas laver ses affaires tous les jours et il faut donc se faire à l'idée d'être "sale" pendant la période en très haute altitude!

-Un manteau spécial haute altitude étanche et coupe vent ("Sumit-séries" de Northface pour ma part)

-Chaussures de trek de bonne qualité car c'est votre sésame pour aller loin et monter haut!  (Ne pas partir avec des chaussures neuves et que vous n'avez pas commencé à "faire" avant de partir!)

-Lunettes de soleil et crème solaire car en haute altitude, il y a de la neige et des glaciers qui réfléchissent les rayons solaires.

-Lingettes, car il est difficile de se laver tout là haut avec l'eau glacée.

-Du Micropur ou une gourde antibactérienne à filtres car les ruisseaux ne sont pas forcément constitués d'une eau pure et cristalline comme on pourrait l'imaginer!

-Une couverture de survie en cas de blocage par des chutes de neige ou une blessure immobilisante quand on est en solo.

-Un sac de couchage -20° de marque (pas une copie achetée en vallée à bon marché) et de type "sarcophage" qui englobe bien la tête. C'est très important la nuit à très haute altitude car on perd beaucoup de notre chaleur corporelle par le haut du crâne!

-Une gourde de grande capacité car il faut boire jusqu'à 3 voire 4L d'eau par jour... L'air est très sec et il faut compter les efforts physiques consentis durant journée qui donnent soif. Sachez que la sensation de faim est souvent issu du mental alors que celle de la soif est le signe que votre organisme est d'ors et déjà en situation de déshydratation!

-Une lampe frontale. Aussi utile la nuit si vous vous levez que si vous vous retrouvez dehors après le coucher du soleil ou enfin, si vous partez très tôt avant son lever....

-Des barres énergétiques qui sont très utiles en cas de baisse de régime...

-Une trousse à pharmacie complète avec désinfectant, pansements, anti-diarrhéique, antibiotiques à large spectre, stick à lèvres et crème pour les mains, baume du tigre et crème anti-inflammatoire, Diamox* contre le mal des montagnes.


 
Mon sac à dos ainsi équipé faisait 12 kilos à y ajouter au départ le matin les 1,5L d'eau.

*Le mal des montagnes:

Celui-ci touche 80% des candidats à la très haute montagne mais à des niveaux divers et variés. Dès 2500M pour les plus fragiles et au dessus des 4500M pour les plus robustes. Les symptômes de départ sont maux de tête, perte d'appétit et insomnie. Plus vous montez vite et sans faire de paliers et plus les risques sont grands de découvrir les affres du mal aigu des montagnes.

Il est déconseillé de monter plus de 350M d'altitude par jour. Il faut aussi faire son acclimatation par paliers en restant sur place le temps que l'organisme s'adapte au manque d'oxygène et à la baisse du taux de globules rouges dans le corps. 

(Pour ma part à 3500 puis juste en dessous des 5000M)

Le mal aigu des montagnes:

Les maux de tête deviennent alors intenses ainsi que la nausée permanente, l'absence d'appétit quasi totale et l'insomnie qui va avec... Les vomissements peuvent alors devenir fréquents aussi. 

En version ultime, et particulièrement dangereuse car mortelle, se présentent œdème pulmonaire ou cérébral. "Mieux"vaut le premier que l'on peut identifier par des crachats de sang et des sinus inopérants, et eux aussi gorgés de sang, car vous pouvez en voir là les symptômes alors que l'œdème cérébral peut être masqué par les horribles maux de tête! 

Mal des montagnes. Le Népal en solitaire.
 
 3: Avec ou sans porteur?
  
Comme précisé précédemment, mon périple procédait de trois dimensions.



-Géographique: Découvrir les plus hauts sommets du monde dans un environnement unique au monde.

-Humain: Aller à la rencontre des locaux et tenter d'échanger sur leur mode de vie, leur quotidien et leurs traditions.

-Spirituel: En passant du temps dans les monastères, en méditant seul dans le silence, en contemplant la Nature, en faisant un travail d'introspection sans concession sur moi-même et le sens de la vie ici bas.

C'est pour l'ensemble de ces raisons que je me devais de le faire absolument seul.

Ce n'est pas forcément le choix de la plupart d'entre nous et je le comprends parfaitement car cela m'a demandé de très gros efforts en terme de condition physique mais aussi morale et ce à de nombreuses reprises lors du trek.

La sécurité, c'est sûrement d'avoir un porteur qui connait bien les lieux et qui vous évite des efforts parfois intenses.

Les journées d'acclimatations où j'allais marcher dans la montagne sans mon sac à dos n'avaient rien à voir avec celles des montées, chargés que j'étais de mes presque 15KGS.... Je revivais littéralement!

J'ai aussi la joie de pouvoir vous proposer une initiation à la Méditation de la marche. 

C'est fort de mes expériences Himalayennes en solitaire et de 20 années de pratique de la méditation que je vous propose cette initiation (ou stage complet) à la méditation de la marche en don libre et conscient dans la démarche d'un monde fait de partages de nos richesses humaines et spirituelles .

Installé en centre Bretagne, les marches méditatives se font le dimanche après-midi dans les forêts environnantes, peuplées des esprits de la Nature.

Nous nous rejoignons à 15h au lieu de départ qui vous sera communiqué pour une sortie d'environ 2h.

Contactez-moi via le formulaire ci-dessous si cela vous intéresse!  

Le lien  Méditation de la marche 

Belle découverte à vous.

Yan SERRE.

Le Népal en solitaire. Népalsolo.
 
Le Népal en solitaire. Népalsolo.


 

 

 

 

 

 


 

La roue du Samsara.... Le Népal en solitaire.

 Le Bon-Jour à toutes et tous, 

Je me propose au travers de cet article de vous aider à décrypter "la roue des existences" que l'on trouve dans tous les monastères vajrayanistes du Haut Himalaya. 

Cette représentation est la description "basique" du cycle des existences. Elle est sensée décrire le monde dans lequel nous vivons, avons déjà vécu ou revivrons encore. (Samsara)


Roue des existences et karma. Le Népal en solitaire.

Commençons par le centre de la roue: son axe.

 
Les forces qui animent la roue depuis son axe sont connues comme les trois malsaines racines, ou trois poisons, parce que c'est de là que viennent les souffrances de l'existence. 

Elles sont représentées par trois animaux: 
Le coq symbolise l'avidité, le serpent la haine et le cochon l'ignorance. Ils créent la misère et la dépendance humaine.
Ensuite viennent les 12 liens de l'interdépendance des causes et des effets. C'est la partie extérieure du cercle décryptée depuis le haut vers le bas en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre.
1. Le vieillard avec un bâton incapable de trouver son chemin: c'est l'ignorance et l'aveuglement.
2. Le potier en train de travailler sur ses créations représentent ses actes (pensés, parlés et réalisés) Il façonne son propre destin.
3. Le singe sautant de branche en branche symbolise notre tendance incontrôlée à passer d'objets en objets (possessions matérielles)
4. Le bateau avec les deux personnes à son bord représente les énergies spirituelles et physiques indissociables du cours de notre vie terrestre.
5. La maison aux 5 fenêtres et une porte symbolise les sens de nos perceptions.
6. L'homme et la femme en train de s'embrasser représentent la conséquence de nos découvertes sensorielles.
7. Cette image montre la puissance des émotions qui peuvent frapper telle une flèche dans l'œil.
8. La femme offrant des boissons à un homme représente le désir et le fait de tomber amoureux sous le coup des émotions et des perceptions.
9. L'homme cueillant des fruits représente les enchevêtrements de causes et d'effets afin de tenter de conserver ce que l'on désire.
10.Le couple dormant sous une même tente symbolise la poursuite des existences dans la continuité.
11. Simple conséquence de l'image précédente symbolisant la naissance.
12. L'homme portant un sac dans les montagnes représente une vieille coutume tibétaine qui consistait à amener les restes d'un défunt à donner à manger aux vautours. Cela montre l'irréversibilité de la prise d'age et de la déchéance physique jusqu'à la mort.


Le cercle intermédiaire entre l'axe et la bordure extérieure représente, en commençant par le haut.


1.la demeure des dieux habitée par ceux ayant réalisé un bon karma. Un Bouddha se trouve en haut à droite, jouant de la lyre afin de leur remémorer la limite de leur condition plaisante et de les mettre en garde de toute forme de vanité. Après des centaines d'années, ils restent néanmoins sujets à la vieillesse et à la mort. C'est le fruit de leur illusion d'éternité paradisiaque qui les conduit finalement à la mort.
2. Cette représentation montre les humains conduits par l'égoïsme répétant le cercle des naissances, de la maladie et de la mort.
3. Cette image décrit l'insatiable faim de fantômes souffrant de la haine et de la colère.
4. Le monde des enfers chauds et froids. Il est habité par ceux ayant puissamment entamé leur karma par des actes de haine et de colère

Ce passage n'est pas éternel et suite à l'extinction de leur dette karmique, ces êtres seront en possibilité de renaitre dans une condition moins difficile. Au centre se trouve Yama, le seigneur de la mort, qui pèse le poids karmique des nouveaux arrivants. Il ne décide néanmoins pas de leur sort, celui-ci s'autodéterminant par le poids des "fautes" commises.
5. Le monde des animaux. Ils souffrent de l'oppression du plus fort, peuvent devenir des bêtes de somme et s'entre-dévorent.
6. Le monde des demi-dieux. Ils combattent contre l'accomplissement des désirs des dieux. Ils souffrent de leur propre désir et de leur infinie ambition.
Dernier cercle autour de l'axe: 

Le chemin blanc montre les saints et les sages encourageant les personnes vertueuses vers leur chemin. A contrario, le chemin noir montre des êtres commettant de mauvaises actions entrainant les personnes mal intentionnées vers le royaume des souffrances.
A droite, on peut distinguer un bodhisattva regardant tristement le sort des vivants pris dans les six royaumes. Il est le lien entre le mondain et le transcendantal

Il se ré-incarne afin de montrer le chemin de la libération aux humains.
En haut à gauche se tient le Bouddha, représentant la possibilité donnée à l'ensemble des êtres humains de sortir du cycle de la roue afin de connaitre le Nirvana.


Pour terminer, n'oublions pas de parler du gardien de la roue des existences nommé Yama. Vous pouvez remarquer son troisième œil sur le front, signe de clairvoyance. En fait, il ne juge pas les défunts arrivant car la loi karmique se suffit à elle-même sans notion de jugement dernier donc!
Tout se fait naturellement jusqu'à extinction du Karma et les cycles de réincarnations justement là pour l'épurer.
La reconnexion au Soi n'est tributaire que de notre bon vouloir à recommencer de faire vibrer en son propre sein notre nature intrinsèque de saint tout justement...
Namasté,

De retour de ma première aventure népalaise en hiver 2012, j'ai fait le choix de réaliser mon rêve en devenant un écrivain libre et indépendant. Je ne vis donc que de mon écriture depuis 2014....

J'ai aussi la joie de pouvoir vous proposer une initiation à la Méditation de la marche. 

C'est fort de mes expériences Himalayennes en solitaire et de 20 années de pratique de la méditation que je vous propose cette initiation (ou stage complet) à la méditation de la marche en don libre et conscient dans la démarche d'un monde fait de partages de nos richesses humaines et spirituelles .

Installé en centre Bretagne, les marches méditatives se font le dimanche après-midi dans les forêts environnantes, peuplées des esprits de la Nature.

Nous nous rejoignons à 15h au lieu de départ qui vous sera communiqué pour une sortie d'environ 2h.

Contactez-moi via le formulaire ci-dessous si cela vous intéresse!  

Le lien: Méditation de la marche 

Belle découverte à vous.

Yan SERRE.

Mes livres:

L'ego cache toujours une montagne de pureté. Népalsolo

La révélation de soi. Népalsolo 2

La vidéo complémentaire:   

https://youtu.be/NyEYZK7gjfg

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation de "Le Népal en solitaire".

  Ce blog est le nomadisme narratif d'un voyageur en quête d'éveil.  Il était une fois un temps où je me suis senti absolument perdu...